Chute de cheveux ? Mes solutions !

Par Publié sur 0 Commentaire 10 min. de lecture 226 vues

COUCOU ! 

Aujourd’hui, j’aimerais aborder le sujet de la chute de cheveux puisque pendant plus d’une année j’ai perdu énormément mes cheveux. Dans cet article, je vais vous dévoiler les solutions qui ont fonctionné sur moi. Ma chute de cheveux était dû au stress. Si vous venez d’accoucher ou que vous avez un problème hormonal, ces solutions ne marcheront peut-être pas sur vous.

Contexte 

Durant ma 3ème année de Licence, vers octobre/novembre, j’ai remarqué que je perdais un peu plus mes cheveux que d’habitude. Je n’avais pas de conséquences visibles, je n’y prêtais pas attention. Je me disais, c’est en raison du changement de saison.

En fin d’année scolaire, nous étions en juin. Les partiels étaient terminés. J’ai commencé à m’intéresser à mes cheveux car j’avais plus de temps pour moi. Ma perte de cheveux était toujours là. Je perdais des cheveux sous la douche, en me brossant, tout le long de la journée. Ma perte de cheveux était diffuse. Mais, ça ne se voyait pas car j’avais énormément de masse. Je me disais ça va repousser, je pars bientôt en vacances, ça ira mieux à la rentrée ! Quelle erreur !

Pendant les grandes vacances, mes cheveux ont continué à tomber. Vous savez, on perd des cheveux chaque jour mais là je voyais que j’en perdais trop! J’ai commencé à paniquer en août car mes cheveux tombés de plus en plus.

Lors de la troisième semaine de septembre (pratiquement un an après mon premier constat), c’était le drame. J’avais carrément une chute de cheveux importante. Du jour au lendemain, j’en perdais deux fois plus. J’ai commencé à m’inquiéter et j’ai (enfin) pris rendez vous chez mon médecin généraliste. On a fait une prise de sang. Il a vraiment regardé si je n’avais aucun problème. Mon taux de ferritine était bas mais ce n’était pas non plus alarmant. Il m’a dit que ça jouait un peu mais ce n’était pas la seule cause de ma chute de cheveux. Il a regardé mon crâne.

J’avais vraiment une perte de cheveux diffuse, j’ai perdu beaucoup de cheveux sur le devant et moins à l’arrière. J’avais moins de masse capillaire. J’ai dû perdre 2/3 de ma masse capillaire mais je n’avais pas de trou. (fort heureusement, sinon je serais tombée en syncope). Mes cheveux poussaient mais ils ne tenaient pas. Ils étaient de plus en plus fins. Ils n’étaient plus résistants.

Conséquences sur le moral et le porte-monnaie 

Quand on commence à perdre ses cheveux, on tombe dans un engrenage. Ça en devient même malsain. On ne doit pas stresser mais on perd nos cheveux, on stresse. On ne voit que ça, on ne pense qu’à ça et on stresse deux fois plus. On se renseigne sur tous les sites internet qui existent pour trouver THE SOLUTION MIRACLE pour enfin enrayer notre perte de cheveux. Sans vous mentir, j’ai dépensé plus de 1000 euros pour essayer différentes solutions. Ça a eu un coût sur mon moral mais aussi sur mon budget. Je n’étais qu’étudiante en ce temps là. Psychologiquement, j’allais de plus en plus mal. Si tu lis ça : oui tu as le droit de te sentir mal en voyant tes cheveux tomber. C’est normal. Notre chevelure est un signe de féminité voire même de santé. J’avais les cheveux longs, j’ai dû les couper aux épaules pour avoir un semblant de masse. Boum, un autre coup au moral. Pour vous éviter de dépenser des sommes astronomiques, je vous propose des solutions basiques mais pas magiques. 

Des solutions possibles parmi tant d’autres 

 1 – Couper ses cheveux pour donner une illusion de masse capillaire

2 – Faire une prise de sang et prendre les médicaments prescrits par le médecin si besoin

J’ai pour ma part dû prendre du fer et de la vitamine D. Bon, ça m’a pas choqué, ma mère est souvent anémiée.  N’en prenez pas sans l’avis du médecin. Je vous donne juste des pistes à explorer. Si votre médecin vous prescrit du tardyferon et que vous ne le supportez pas (like me, yes constipation), je vous conseille de vous tourner vers la marque Solgar. Cette marque propose des gélules de 20mg. J’ai pris du fer pendant 1 an avec des petites pauses et de la vitamine D pendant 6 mois. Je crois que c’était des ampoules. Je devais en prendre quelques unes de façon espacé. Je n’ai pas de problèmes de thyroïde (autre piste à explorer).

3 – Consulter des spécialistes 

Lorsque j’ai commencé mon traitement de choc, je trouvais qu’il manquait quelque chose pour booster la fortification de mes cheveux. J’ai commencé à faire différents sites, à essayer différentes marques. Rien ne fonctionnait. J’étais désespérée entre les lotions capsules à mettre tous le soirs dans ses cheveux, les compléments gros comme un camion, t’as l’impression de risquer ta vie à chaque prise, les shampooings anti-chute qui font pire que mieux… Bref, rien n’allait. Ma prise de sang était de nouveau plus que correct mais ma chute de cheveux était encore bien présente. Mon médecin m’a conseillé d’aller voir un dermatologue. Grand bon en avant. De septembre 2016, où tout a commencé, nous sommes maintenant en janvier 2018. Début janvier, allez nouvelle année, j’y crois fort, on va avoir de beaux cheveux ! (lol). Résultat de la consultation ? Je suis trop stressée et j’ai une légère dermite seborrhéique. Oui, mes cheveux étaient devenus très gras, je ne sais pas pourquoi. J’ai fini par revenir avec 2/3 produits du dermatologue avec en prime la petite facture salée, tu connais 🙂 

Vous pouvez aussi prendre rendez-vous avec un psychologue si vous sentez que les causes sont profondes. Pour ma part, je ne l’ai pas fait mais si vous en ressentez le besoin, foncez. 

4 – Essayer des compléments alimentaires

J’ai complété ma routine capillaire avec la prise de levure de bière de la marque dietaroma. Si je vous en parle, c’est que cette marque a eu des effets sur la qualité de mes cheveux. Depuis, je fais des cures de cette levure de bière 2x par an aux changements de saison pendant 3 mois. En plus d’avoir un effet sur mes cheveux, ça a un effet sur mes ongles et ma peau.

5 – Trouver des shampooings doux. 

Je me suis fort intéressée à la composition de mes shampooings en fouillant les articles de blog puisque je voulais absolument trouver toutes les actions possibles à mettre en place pour retrouver un semblant de masse capillaire. On est en 2020, je commence seulement à rattraper une masse, donc prenez patience. J’ai acheté une base de shampooing neutre sur Aroma zone et j’ai commencé à faire ma petite potion magique en ajoutant 2/3 produits en plus dans le shampooing.

Voici « ma recette » chute de cheveux :

  • Pour 200Ml de Shampooing, j’ai ajouté 4 ml de  provitamine b5, 8 ml de maca vital et 3 huiles essentielles parmi les 4 que je vous propose (j’alterne) : cèdre d’atlas, le romarin cinéole, la sauge sclarée et l’Ylang ylang.  Le site Aroma zone vous propose différents mélanges à tester en fonction de vos besoins capillaires. Vous avez ainsi un shampooing qui correspond parfaitement à votre cas.
  • Le cèdre d’atlas, le romarin cinéole (pour cheveux gras like me), la sauge sclarée sont là pour diminuer la chute de cheveux, apaiser votre cuir chevelu. L’ylang ylang va illuminer vos cheveux ternes. Je mets en tout 33 gouttes et je divise par 3 car 3 HE donc je mets 11 gouttes/HE. Ces huiles ont pour atout de stimuler la pousse.
  • La base neutre de shampooing va permettre aussi  les usages fréquents. Je me lave les cheveux tous les jours.
  • J’utilise la provitamine b5 pour apaiser mon cuir chevelu irrité et le maca pour fortifier mes petites brindilles qui me servent de cheveux.

J’ai simplement repris les conseils d’Aroma-zone pour les quantités. Je ne suis pas experte 🙂

Si vous n’aimez pas faire vos propres shampooings, vous pouvez vous tourner vers la marque Propolia ! Je vous conseille de consulter les sites nuoobox, efbiocosmetiques, aroma zone et onatera pour trouver le shampooing idéal.

6 – Faire des bains d’huiles

Je vous renvoie à cet article en cliquant ici. J’adore poser de l’huile de jojoba en racine qui imite le sébum naturel. Pour mes cheveux gras, c’est tiptop. Je laisse généralement poser toute une journée dans le mois avant de faire mon shampooing habituel. Je mets aussi l’huile de brocolis sur les longueurs pour faciliter le démêlage. Je vous conseille d’en faire 2x par mois pour commencer et dans 6 mois, diminuer à 1 bain d’huiles par mois. 

7 – Arrêter de stresser 

Allez, on réfléchit. Qu’est ce que j’aime faire dans la vie ? Colorier des mandalas ? Ecrire ? Faire un sport ? Du Yoga ? De la natation ? Du golf ? Lire des bouquins ? Cuisiner ? M’occuper des animaux ? Danser? Jardiner ? Faire une sieste ? Prendre un bain ? Bref, on se creuse les méninges.

On essaie de nouvelles choses et on voit si ça nous détend ! Puis, on l’adopte dans notre routine de la semaine. Essayer va vous permettre d’oublier. Qui dit oublier un instant sa perte de cheveux, dit moins stresser !

8 – Revoir si besoin son hygiène alimentaire

Lorsqu’on stresse, on a tendance à manger 🙂 C’est bête mais c’est vrai. Moi la première. On diminue le chocolat et les fast food et on opte pour de bons légumes de saison afin d’apporter des bons nutriments à notre corps. Je ne suis pas une experte. Je suis partisane du 80/20 et du « Je mange de tout et en quantité raisonnable ». Ça m’arrive de craquer sur une tablette de crunch. Sorry. On est tous humains, on relative sinon on va stresser !

Voilà je ne vais pas aller jusqu’aux 10 solutions miracles car il y en a pas. Je ne dis pas que ça va marcher sur vous mais ça a fonctionné sur moi. Je stresse moins, je perds moins mes cheveux, je retrouve une masse capillaire, mes cheveux poussent vites aussi, j’essaie encore de fortifier mes cheveux pour qu’ils soient moins fins.

 

Bonus des petits tips que j’ai adoptés au quotidien

  • Je protège mes cheveux dès le moindre rayon de soleil par une casquette, et particulièrement pendant les grandes vacances. J’évite ainsi d’avoir une perte massive lors du mois d’octobre.
  • Je me force à boire de l’eau. S’hydrater, il le faut.
  • Je fais attention aux compositions de mes produits et je me tourne de plus en plus vers le naturel. Des fois, je fais quelques dérapages. Souvent, c’est quand je ne suis pas chez moi.
  • Je brosse mes cheveux avec une brosse en poils de sanglier. C’est la seule qui me permet de ne pas perdre ma tignasse à chaque brossage. Je prends la marque altesse. Les prix sont exorbitants. Je me suis tournée vers la petite brosse à 25 euros ici . N’ayant pas beaucoup de masse, je ne me vois pas mettre plus de 50 euros dans une brosse. J’ai trouvé une autre alternative ici. C’est de la marque Tek. Je compte me tourner vers celle-ci prochainement. En tout cas, j’en entends que du bien.
  • J’utilise rarement des appareils chauffants. J’évite le plus possible le sèche-cheveux, le boucleur, le lisseur. Je les utilise pour les grandes occasions comme Noël, mon anniversaire…
  • Je bannis les après-shampooings des grandes surfaces et j’en utilise avec des compo clean (type Cefolia, propolia) si vraiment j’en ai besoin. Je privilégie l’huile de brocolis 30min avant mon shampooing si je vois que je vais galèrer lors du démêlage.
  • J’utilise une serviette absorbante pour cheveux lorsque je sors de la douche. Je ne frictionne pas mes cheveux dans une serviette. Je les enroule simplement dans l’absorbante et j’attends 🙂 Je les trouve sur Amazone : en voici un modèle en cliquant ici.
  • Je brosse mes cheveux seulement lorsqu’ils sont secs. Je ne sais pas si c’est psychologique, mais je me dis que les écailles sont fermées.
  • Je ne fais plus de coloration. Lorsque j’attraperai des cheveux blancs, j’opterai pour le henné.
  • Je coupe un peu mes pointes pour éviter les fourches. Je ne vais plus chez le coiffeur « traditionnel ». Je ne vais plus pour l’instant chez le coiffeur tout court. J’ai peur tout simplement haha. Ma mère (ancienne coiffeuse) me coupe les pointes tous les 3 mois. Etant donné que je ne compte plus mettre des produits type Kerastase sur la tête, et que je privilégie de plus en plus le bio, je pense me tourner un jour vers un salon de coiffure bio.
  • Et surtout …

Soyez patient, soyez zen, souriez.

La perte de cheveux n’est pas une fatalité. C’est juste chiant. On relativise, on fait avec. On met en place ce qui est possible. Après, dites vous que si vos cheveux tombent, vous ne pouvez pas les recoller, alors tant pis ! On n’arrête de se focaliser sur les cheveux qui sont par terre, sur votre brosse, dans le siphon de la salle de bain, sur votre taie d’oreiller. On respire. J’ai le même problème que vous. Vous n’êtes pas seuls. On limite les dégâts avec nos solutions et le temps fera les choses. Mais pour l’instant, je rappelle qu’on respire !

Des bisous, prenez soin de vous,

Et si ça ne va pas, tu peux m’écrire sur estellelademoiselle@gmail.com

Des fois, nos proches ne comprennent pas pourquoi on se focalise autant sur notre perte de cheveux. Ce n’est pas grave, écris moi. Je te répondrais avec plaisir. N’oublie pas qu’écrire peut soulager tes maux.

 

signature

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Il n'y a pas encore de commentaire.